Normes en vigueur pour l’isolation des combles perdus

Lorsque l’isolation thermique des combles d’une maison s’avère insuffisante, la perte d’énergie peut représenter jusqu’à 30 % de la consommation énergétique. Il convient de protéger la toiture avec des matériaux isolants. Des travaux de rénovation permettent l’isolation de la charpente et des murs. On peut isoler la charpente en bois d’une maison, que les combles soient perdus ou aménagés.
L’isolation des combles perdus avec rampants et chevrons doit respecter la réglementation thermique en vigueur. La barrière isolante créée par les matériaux posés sur les murs et la charpente permet de réaliser des économies d’énergie. Le confort thermique se trouve optimisé. L’État a mis en place un système de crédit d’impôt afin de favoriser les travaux de rénovation des combles.

Isolation des combles par l’intérieur

Isoler ses combles par l’intérieur présente un certain nombre d’avantages. Cette opération facile à réaliser permet la rénovation d’un comble pour un prix limité. L’isolation des combles et de la toiture doit privilégier des matériaux isolants à forte résistance thermique. Il faut prévoir une épaisseur d’isolant de 16 à 20 cm pour l’isolation d’une toiture avec rampants et chevrons.
En matière de réglementation, la RT 2012 impose une réduction en matière de consommation d’énergie des bâtiments neufs. Les bâtiments existants sont soumis à la réglementation thermique du 3 mai 2007, qui impose des valeurs de résistances techniques minimales lors des travaux d’isolation des combles. Le but est de réaliser des économies d’énergie.

Matériaux isolants pour vos combles

Parmi les isolants les plus utilisés dans les combles d’une maison, vous trouvez le polystyrène expansé ou extrudé, sous forme de panneaux à poser ou de billes.
La laine de verre et la laine de roche, quant à elles, sont réputées pour leur étanchéité. Elles se présentent en rouleaux d’isolant ou en vrac. Leur épaisseur varie en fonction de la partie de la maison que vous voulez isoler.
La laine de verre ou de roche se pose sur tout type de surface, permettant d’isoler les murs ou le plafond. La laine de verre est équipée d’un pare-vapeur et offre une bonne conductivité thermique.

Réglementation thermique et étanchéité

La réglementation thermique en vigueur prévoit la mise en oeuvre de l’étanchéité sur chaque surface de la maison. La bonne étanchéité des combles renforce les performances d’isolation thermique.
L’étanchéité à l’eau avec un écran sous la toiture de type HPV (hautement perméable à la vapeur d’eau) permet de réduire fortement la facture énergétique.

Techniques d’isolation d’un comble

Différentes techniques d’isolation sont privilégiées dans la rénovation des combles perdus : le soufflage et la pose de panneaux ou de rouleaux. L’isolation entre les chevrons se fait en deux couches sur l’ensemble du rampant. Cela répond aux exigences de la réglementation en matière de résistance thermique.

Isoler un comble par soufflage

L’isolation par soufflage concerne la rénovation. On utilise la laine de roche en vrac, car elle fait partie des matériaux isolants les plus adaptés au soufflage.
La laine de roche en vrac se projette par soufflage grâce à un équipement spécifique. Le soufflage permet de disperser le matériau isolant sous la toiture, sur la charpente, au plafond et sur toute la hauteur des murs. Vous obtenez ainsi une isolation rapide et performante à moindre prix.

Ouate de cellulose : un isolant thermique économique

La ouate de cellulose constitue un isolant thermique économique. La ouate de cellulose se projette par soufflage pour isoler les combles perdus. On l’utilise dans les maisons à ossature bois. L’avis d’un professionnel est recommandé pour poser cet isolant.

Isolation par panneaux

L’isolation des combles perdus par panneaux est mise en oeuvre sur un plancher équipé de solives. Ces pièces de charpente horizontale servent de base à un sol en bois qui soutient les murs de la maison.
Vous devez poser un pare-vapeur dirigé vers l’intérieur. Cela empêche la vapeur d’eau d’imprégner le matériau isolant.
Deux épaisseurs d’isolation en laine de verre sont nécessaires. La première doit atteindre une épaisseur à la hauteur des solives. La seconde couche de laine de verre évite les ponts thermiques.
L’avis d’un professionnel, accompagné d’un devis, permet d’éviter tout risque de pont thermique.

Isolation des combles perdus par rouleaux

Isoler des combles avec des rouleaux constitue une bonne technique d’isolation des combles perdus, qui peuvent ensuite devenir des combles aménagés.
Comme pour l’isolation par rouleaux, un pare-vapeur doit courir sur la longueur du sol, orienté vers l’intérieur du comble. Puis vous devez poser l’isolant en respectant les directives de mise en oeuvre du Cahier des Prescriptions techniques (CPT) du Centre scientifique et technique du Bâtiment.
S’il s’agit d’une rénovation, vous devez poser une seconde couche de laine de verre afin d’augmenter la résistance thermique globale de l’isolation.

Crédit d’impôt pour travaux de rénovation énergétique

Une prime remplace le crédit d’impôt à la transition énergétique à compter de 2020 pour les foyers modestes. Le CITE reste en vigueur jusqu’au 31 décembre 2020 pour les ménages non éligibles à la prime. Des Certificats d’économies d’énergie (CEE) permettent de bénéficier de travaux d’isolation des combles perdus à moitié prix. Ils se cumulent à d’autres aides comme « MaPrimeRénov ». Ce nouveau système résulte de la fusion du CITE avec la subvention « Habiter Mieux Agilité » de l’Agence nationale de l’Habitat (ANAH). Les CEE peuvent s’ajouter au CITE ou à l’Eco-PTZ.
Les aides financières et fiscales sont accordées pour les travaux d’isolation, à condition qu’ils soient réalisés par une entreprise RGE. Il faut fournir un devis aux organismes pour bénéficier du dispositif.